Commissaires

Les deux commissaires de 2020-2021

Dans un souci de transdisciplinarité et inspiré par le projet Zone Neutre, lequel expérimente, dans le contexte de Kinshasa, la rencontre entre des chercheurs extérieurs au domaine de l’art et des artistes contemporains désireux d’un dialogue susceptible d’élargir le champ théorique de leurs créations, Yango prend l’option d’associer une chercheuse et universitaire et une commissaire d’expositions et chercheuse, avec l’ambition de définir avec elles, à travers des ateliers en amont de la biennale, des pistes sur une nouvelle manière de proposer de l’art à la ville de Kinshasa. Pour son édition de 2020-2021, la biennale a le grand honneur d’annoncer ses commissaires: Yala Nadia Kisukidi et Sara Alonso Gómez.

Nadia Yala Kisukidi
© Photo : Emilie Notéris

Nadia Yala Kisukidi est née à Bruxelles, d’un père congolais (RDC) et d’une mère franco-italienne. Elle est Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, directrice adjointe du Laboratoire d’études et de recherches « Les logiques contemporaines de la philosophie » (LLCP). Elle a été Vice-Présidente du Collège International de Philosophie (2014-2016) et directrice de programme au CIPh (2013-2019). Membre des comités éditoriaux de Critical Time (Duke University) et des Cahiers d’études africaines, elle est actuellement, co-commissaire de la Biennale Yango II, Kinshasa / RDC.

Nadia Yala Kisukidi est spécialiste de philosophie française contemporaine et de philosophie africana. Agrégée et docteure en philosophie, elle a enseigné en Suisse, en France, et a participé à la construction de réseaux scientifiques et pédagogiques Sud/Sud entre Haïti et la Colombie. Elle a publié plusieurs livres (individuels ou collectifs) et de nombreux articles.


Sara Alonso Gómez
© Photo : Alain Six

Née à La Havane, Sara Alonso Gómez est historienne de l’art, commissaire d’expositions et chercheuse au sein du Laboratoire Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Arts et Cinéma de l’Université de Paris (FR). Ses travaux scientifiques et curatoriaux lui permettent d’actualiser la discussion sur les relations entre l’art et le politique à l’ère globale, grâce à l’outil heuristique de « désobéissance artistique ». Afin de développer des réseaux artistiques Sud-Sud, Alonso Gómez a cofondé en 2017 Calle C, un programme de résidences croisées réunissant des artistes et des chercheurs des Caraïbes et d’Afrique centrale. Elle est membre de l’Unión Nacional de Escritores y Artistas de Cuba (UNEAC), de l’International Association of Curators of Contemporary Art (IKT), et du Latin American Center Zurich (LZZ).

Connexion

Connexion


Tu n’as pas encore de compte Yango Biennale ?


Inscris-toi